Aurélien Panis, de la glace à l’asphalte

Vainqueur de la « Super finale » Elite pro du trophée Andros au Stade de France et troisième de la 30ème édition du fameux championnat de rallye sur glace, Aurélien Panis disputera une nouvelle saison sur le WTCR Oscaro. En 2019, et toujours aux côtés de l’équipe Comtoyou Racing, il pilotera une Cupra TCR.

Une victoire devant plus de 40 000 personnes… Le 9 février dernier, au Stade de France, se déroulait la « Super finale » du Trophée Andros, une compétition qui regroupe les meilleurs pilotes de rallye sur glace de l’hexagone. Parmi eux, un jeune homme de 24 ans, Aurélien Panis. Vainqueur de l’ultime épreuve de la catégorie Elite pro, en duo avec son père, l’ancien pilote de Formule 1, Olivier Panis, l’Isérois savoure : « c’était complètement fou. Inoubliable. ». Des étoiles pleins les yeux de sa première expérience dans l’enceinte de Saint-Denis, il poursuit : « On m’avait prévenu, mais je n’avais pas imaginé une telle ambiance. Ajoutez à cela la victoire, qui plus est, en compagnie de mon père pour notre première course ensemble, c’est un moment que je n’oublierai jamais. »

Plus fort encore, en l’emportant, il devance des pilotes de renommée comme Sébastien Loeb, Franck Largorce, ou encore les frères Jean-Baptiste et Andréa Dubourg.

Dans l’histoire du sport automobile

Troisième du classement général Elite pro, le natif de Grenoble découvrait la catégorie reine du trophée Andros cette année : « L’an dernier j’ai remporté le trophée en électrique. Faire un podium dès ma première année en pro, c’est génial » souligne le pilote de 24 ans. Une excellente performance, surtout quand on sait que Panis pilotait la ‘’plastic up’’, l’une des trois voitures 100 % électrique de la grille (le reste étant des voitures thermiques). Une voiture qu’il a « acceptée sans réfléchir », l’électrique étant, selon lui, « l’avenir du sport automobile. »

Une décision qui, semble-t-il, fut la bonne pour Aurélien Panis, puisque dès la première course du trophée Andros, elle lui a permis d’inscrire son nom dans les livres d’histoire.

Nous voilà à Val-Thorens, le 8 décembre 2018, pour les débuts de la 30ème édition du trophée Andros. Pour la première fois de l’histoire du sport automobile, une compétition permet aux voitures thermiques d’affronter des électriques. Parmi elles, la ‘’plastic up’’ du rookie de la catégorie élite pro, Aurélien Panis. Dans la nuit savoyarde, le fils d’Olivier Panis a devancé Olivier Pernaut, devenant ainsi le premier pilote au volant d’une voiture 100 % électrique à battre une voiture à essence.

En route pour le WTCR Oscaro

Fort de tous ses exploits, Aurélien Panis en ressort « grandi en tant que pilote. La course sur glace m’a fait progresser sur beaucoup de points » ajoute-t-il. De quoi envisager le meilleur pour la prochaine saison du WTCR Oscaro.

Pour la deuxième année consécutive, le Français prendra part à la plus grande compétition de voitures de tourisme de la planète. 17ème du classement général l’an passé, il se présente sur la grille de départ avec de nouvelles ambitions : « En 2018, j’ai manqué mes débuts. En 2019, je compte capitaliser sur l’expérience que j’ai acquise pour pouvoir régulièrement lutter dans le top 10, voir le top 5 et faire au moins un podium » confie le jeune homme.

Cette saison, Aurélien Panis, toujours membre de l’équipe Comtoyou Racing, sera au volant d’une Cupra TCR, voiture qu’il ne connaît pas encore. S’il avoue que le niveau du championnat semble « plus élevé que jamais », il reste confiant : « l’an dernier, Pepe Oriola a montré que la voiture était performante. Nous sommes capables de nous battre à l’avant du peloton. »

Le championnat démarre le 5 avril prochain à Marrakech. Avant cela, Aurélien Panis, Comtoyou Racing et Cupra auront huit jours de tests pour se préparer et « s’armer pour être performant dès la première course ».

Découvrir toute l'info de WTCR Oscaro

à lire également