De mieux en mieux

Cinquième du WRC2 malgré deux accrocs de parcours qui ne lui sont pas imputables, Pierre-Louis Loubet a réalisé un très beau rallye d’Allemagne en compagnie de son copilote Vincent Landais. En toute logique, c’est la troisième place qui leur tendait les bras.

« De toute la saison en Championnat du monde, l’Allemagne était le rallye le plus relevé : il y avait tous les meilleurs du WRC2. Comme on peut sélectionner les épreuves que l’on veut courir, d’habitude on se croise ; mais cette fois, tout le monde y était. C’était du gros, gros niveau. Et sans cette crevaison qui nous a coûté deux minutes et qui n’était pas une erreur de ma part, notre place, c’était la troisième. Donc je suis globalement content. Ce qui est encourageant, c’est que je ne commets plus beaucoup d’erreurs ; ou elles alors elles sont toutes petites. A mon avis, c’est encore trop lourd de conséquences puisqu’elles nous ont déjà privés de podiums cette saison. Mais justement, c’est ce qui me pousse à ne plus en faire. »

« La crevaison, je l’ai eue samedi dans la spéciale de Panzerplatte. Mais il faut bien se dire que c’est une spéciale mythique ! Ça se passe dans un camp militaire, sur 40 bornes, et c’est complètement incroyable ! On y rencontre plein de revêtements différents : on passe de la belle route au béton, et après on roule sur du galet, puis de la gravette, et on rattrape de la vieille route. C’est dingue ! Et on a de tout : du très difficile dans les bois, du gras-mouillé, sans grip. Ça enchaîne sur une très belle route très rapide, et puis on se retrouve dans de l’étroit tout aussi rapide, ensuite dans de l’étroit serré, du large qui va vite, du large qui tourne. Il y a tout, absolument TOUT dans cette spéciale. C’est génial. Trop bien ! Par moments, je dois dire que dans Panzerplatte, c’est là que je me suis le plus amusé. Vraiment top. Le bilan est positif. On a connu le sec, le gras mouillé et l’équipe a chaque fois assuré un super boulot. Je ne me suis pas trompé dans les choix de pneus. Depuis la Sardaigne, j’ai été performant sur tous les rallyes. En Allemagne, j’ai fait plein de top 3 ; j’ai vraiment réussi de bonnes spéciales. Dans Panzerplatte, j’étais en tête quand je crève. Tout ça, franchement, ça fait du bien ! »

L’AVIS DU COACH NICOLAS BERNARDI

« Une évidence : Pierre-Louis a réussi là un bon rallye. Il a perdu un tout petit peu de temps dans la première spéciale parce qu’un concurrent l’a gêné. Ensuite il y a eu la crevaison dans Panzerplatte, mais c’est arrivé à presque tout le monde, et cet incident ne lui est pas imputable. C’est une spéciale difficile, avec plein de trous au milieu de la route.
Ce que je note, moi, c’est que Pierre-Louis a franchi un pas notable. Ce qu’il est capable de faire aujourd’hui, c’est du très très rapide. Il lui manque encore un brin de constance pour arriver à concrétiser sur l’ensemble d’une journée. Mais quand on regarde ses temps intermédiaires au milieu des spéciales, c’est assez sidérant : il est dans les trois ou quatre meilleurs. Toujours . Auparavant, il savait le faire quelques fois par jour. A présent, c’est tout le temps, dans pratiquement toutes les spéciales.
Je considère qu’il a pris un peu de bouteille sur ce rallye d’Allemagne. Et le résultat final ne reflète pas son niveau. Il est bien meilleur que cela. Il aurait dû terminer 3e. Sincèrement, là il est sur la bonne voie. D’ailleurs Hyundai ne s’y est pas trompé, qui, après une sélection serrée, l’a retenu parmi les huit jeunes meilleurs pilotes mondiaux.
Hyundai garde la confidentialité sur la suite des événements. On peut imaginer que le meilleur des meilleurs gagnera son volant chez eux en WRC2. Une place dans une équipe professionnelle, avec tous les essais et roulages, évidemment, c’est le rêve de tout jeune pilote…”

Découvrir toute l'info de Pierre-Louis

à lire également