Denis Dupont, l’enfant du plat-pays

Pilote de course professionnel, Denis Dupont symbolise la réussite du Royal Automobile Club of Belgium (RACB). A 25 ans, il représente sa Belgique natale au plus haut niveau du touring car mondial, le WTCR Oscaro.

« Les 24 heures de Spa ». Voilà ce que répond Denis Dupont, quand on lui demande la raison de sa passion pour le sport automobile. Alors qu’il n’est qu’un « gamin », son père lui fait découvrir l’une des courses les plus mythiques au monde : « On y allait chaque année. Mon père avait de très belles places, et j’adorais voir les voitures. Quand j’y repense, c’était à chaque fois de magnifiques expériences » raconte Denis.

Aujourd’hui, l’enfant rêveur a laissé place à l’homme, au pilote. Celui qui a grandi « en regardant le WTCC à la télévision, à l’époque de Dirk et Jorg Muller », défend maintenant les couleurs de sa Belgique natale sur les circuits de la Coupe du monde FIA des voitures de tourisme (WTCR Oscaro). Au volant de son Audi RS3 LMS TCR noire, jaune et rouge, il pointe au quinzième rang du classement, à deux manches du terme de la saison 2018.

La fédé, Ô mère chérie !

Pour en arriver là, le numéro 20 a pu compter sur un soutien de taille, celui du RACB, la fédération belge de l’automobile. Il s’explique : « Quasiment chaque année, la fédération organise un concours pour gagner un volant en monoplace, en rallye ou en tourisme. Moi j’ai remporté celui de la dernière discipline ».

Fin 2015, le belge passe le concours. Au départ, ils sont 565 participants. Après avoir réussi les épreuves de simulateurs, d’interviews et les exercices physiques, il se retrouve en finale et doit faire ses preuves sur circuit. Exceptionnellement, cette année-là, deux pilotes remportent le concours : Denis Dupont et Sam Dejonghe. Comme récompense, ils gagnent un baquet sur le championnat du Benelux de voitures de tourisme. Ensemble, et au volant de leur Seat Léon TCR, les deux hommes terminent à la troisième place de la compétition, en 2016. « A la fin de la saison, on savait qu’un seul de nous deux serait conservé… Et c’est moi qui ai eu cette chance » se remémore le coureur Comtoyou. Résultat, Dupont est depuis cette année, le représentant du Royal Automobile Club of Belgium sur le WTCR Oscaro.

Pilote le jour, étudiant la nuit

Mais, dès l’année prochaine, s’il participe au WTCR Oscaro 2019, il devra voler de ses propres ailes : « la fédération juge que le travail est accompli. Maintenant que je suis pilote dans le plus grand championnat de touring car au monde, elle va organiser un nouveau concours. Elle va chercher un nouveau talent à parrainer et à accompagner jusqu’au plus haut niveau. Ce système est exceptionnel pour un petit pays comme le nôtre. »

Si Denis Dupont est aujourd’hui un pilote de haut niveau, il est également titulaire d’un master à l’ICHEC (haute école commerce) de Bruxelles. Des études qu’il a dues concilier avec le sport automobile : « Au début j’allais en cours la journée, mais après, j’ai commencé à prendre des cours du soir pour pouvoir continuer à piloter » se souvient le jeune homme. Une expérience qui aurait pu être éprouvante pour certains, mais que le Belge voit comme un « chapitre différent de sa vie ». Il rajoute : « Je sais ce qu’est la vie d’un sportif de haut niveau, mais aussi la vie étudiante, avec les fêtes qui vont avec ».

En piste !

Denis Dupont démarre sa carrière de pilote automobile à l’âge de 14 ans. Après une petite dizaine d’années à jouer au football dans la région de Bruxelles, il achète un châssis de karting. « Au début, c’était seulement pour m’amuser, raconte le Belge. Ensuite, j’ai participé à une course que j’ai gagnée, puis j’ai participé à une autre course et j’ai encore gagné. Je me suis donc inscrit dans un championnat, en KF2, et j’ai participé à des compétitions internationales. Conclusion, six mois plus tard je roulais en monoplace au Mans »

Denis a alors 15 ans. Il vient de loupé le « concours monoplace » organisé par le RACB, en échouant en finale. Cependant, sa carrière est lancée : « à partir de là, j’ai commencé à comprendre que c’était du sérieux et j’ai cherché des financements ».

La suite est simple, un BAC + 5, une participation au Nascar Europe avec le team Marc Vds, un concours remporté, deux saisons en TCR Benelux, et aujourd’hui : le WTCR Oscaro, un championnat où Denis Dupont espère « avoir une longue carrière, à l’image de Gabriele Tarquini ou d’Yvan Muller ».

Découvrir toute l'info de WTCR Oscaro

à lire également