Numb3rs : le 11, le 42 et le 52

Pourquoi ce numéro ?  Voici la question que nous avons posée aux acteurs du WTCR Oscaro. Superstitions, hommages, ou hasard, chaque semaine, et ce jusqu’à la fin de l’année 2018, nous vous proposons les explications de chacun des pilotes du championnat.

Après les membres du Team Oscaro, les pilotes Français et les trois Belges du championnat, place à trois champions nationaux (STCC, DTM et BTCC) pour ce cinquième numéro de la série « Numb3rs ».

11 comme Thed Björk

« Pourquoi le 11 ?

En 2017, j’ai été champion du monde avec le numéro de Volvo, le 62. Mais je ne voulais pas le réutiliser. J’avais en tête de porter le numéro 1 cette saison, qui est, traditionnellement, réservé au vainqueur. Malheureusement pour moi, le WTCR Oscaro est un nouveau championnat et les organisateurs ont décidé qu’aucun pilote ne pourrait le porter. Alors, j’ai choisi le 11, pour avoir deux fois le chiffre 1 sur ma voiture.

Ta première fois avec le 11 ?

C’était lors de la manche d’ouverture du championnat à Marrakech, en avril dernier. J’avais terminé deuxième de la course, derrière Gabriele Tarquini.

Et si tu devais choisir un autre numéro ? 

Si j’avais le choix, je prendrais le numéro 1, évidemment. En Suède, j’ai remporté trois championnats nationaux consécutifs et j’ai pris l’habitude de rouler avec ce numéro. Quand vous débarquez avec le 1, cela marque les esprits. Habituellement, je dois patienter un an avant de pouvoir le porter, le temps d’être champion (rires), mais il arrive parfois que l’attente soit un peu plus longue que prévue… »

42 comme Timo Scheider

« Pourquoi le 42 ?

Mon numéro fétiche, le 44, était déjà utilisé par un pilote (Petr Fulin) lors de mon entrée en lice dans le championnat. Il fallait donc que j’en sélectionne un autre. Comme j’utilise le 42 dans le championnat ADAC GT Master avec BMW, j’ai choisi de le prendre également en WTCR. C’est une chance qu’il ait été libre. Je n’ai pas de relation particulière avec ce numéro, mais comme il est proche du 44, il me plait bien.

Ta première fois avec le 42 ?

C’était sur le circuit d’Oschersleben en Allemagne, lors de la première manche de l’ADAC GT Master 2018. Avec mon partenaire, Mikkel Jensen, nous avions terminé en troisième position de la première course du week-end.

Et si tu devais choisir un autre numéro ? 

Comme je l’ai dit précédemment, je veux le 44. Le design de ce numéro me plait. Je le porte en championnat du monde de Rallycross. J’y suis habitué maintenant. Nous avons même commencé à commercialiser des casquettes ou des t-shirts avec le 44. Plusieurs pilotes, comme Lewis Hamilton par exemple, ont été glorieux avec ce numéro. C’est un plaisir de le porter. Après, si j’ai la chance de remporter le titre, bien sûr que je le transformerai en numéro 1. »

52 comme Gordon Shedden

« Pourquoi le 52 ?

52 est le numéro que l’on m’a attribué lors de mes débuts en karting. Avec, j’ai connu beaucoup de succès. J’ai remporté le BTCC (championnat britannique de Touring car) à trois reprises.

Au fil du temps, j’ai suivi l’exemple des pilotes de moto GP qui associent leur numéro à leur image. Lorsque vous êtes cachés dans votre voiture, il faut que les spectateurs puissent vous reconnaître grâce à votre numéro. Le 52 est aujourd’hui ma marque de fabrique. Il est même intégré dans mon logo.

Ta première fois avec le 52 ?

C’était en 1996, lors de ma première course de karting. Je n’ai pas gagné, mais j’ai remporté la deuxième épreuve de la saison. L’année d’après j’ai remporté le championnat d’Ecosse de karting,  mon premier titre avec ce numéro.

Et si tu devais choisir un autre numéro ? 

La seule fois où j’ai changé, j’avais pris le numéro 1 car j’étais tenant du titre en BTCC. Tout allait de travers, du coup j’ai vite repris le 52. Finalement j’ai passé une merveilleuse année avec. Comme je suis superstitieux je préfère ne pas changer, mais si je n’ai pas le choix, je prendrais le 25 pour garder les deux chiffres. »

Découvrir toute l'info de WTCR Oscaro

à lire également