Numb3rs : le 27, le 18 et le 74

Pourquoi ce numéro ?  Voici la question que nous avons posée aux acteurs du WTCR Oscaro. Superstitions, hommages, ou hasard, chaque semaine, et ce jusqu’à la fin de l’année 2018, nous vous proposons les explications de chacun des pilotes du championnat.

Aujourd’hui, et pour le premier numéro de la série « numb3rs », place aux membres du Team Oscaro.

27 comme John Filippi 

« Pourquoi le 27 ?

En karting, j’ai toujours eu des numéros différents, mais lorsqu’on m’a proposé de choisir un numéro dans le championnat de TC2, le 27 était une évidence pour plusieurs raisons. D’abord, je suis né un 27 février. Ensuite, c’est un numéro qui a une histoire. Gilles Villeneuve roulait avec, lors de ses exploits chez Ferrari… Enfin, j’apprécie particulièrement les nombres premiers. Ce sont des nombres très intéressants. A la base, mes deux numéros fétiches sont le 7 et le 9. Si on ajoute les deux chiffres de mon numéro (2+7, deux nombres premiers), on obtient 9, le dernier des chiffres. En y pensant je trouve que cela représente bien ma philosophie. Dans la Bible, Saint Matthieu a dit : « les derniers, seront les premiers ». Et avec le travail, j’espère un jour, devenir le premier.

Ta première fois avec le 27 ?

C’était à Marrakech, en 2014, en TC2. A l’époque j’avais terminé à la neuvième position, devant même des voitures de type TC1. Je conduisais une Seat Leon. Ce n’est pas un numéro qui me porte particulièrement chance, mais c’est comme ça, c’est mon numéro.

Et si tu devais choisir un autre numéro ? 

J’espère n’avoir jamais à le faire. Mais je choisirai sûrement le 3, pour la trinité. »

18 comme Tiago Monteiro 

« Pourquoi le 18 ?

Depuis toujours, le numéro 18 fait partie de ma vie. Ce nombre m’a toujours accompagné, que ce soit pour des choses positives ou négatives. A l’école déjà j’avais une fascination pour ce numéro, mais je ne me souviens plus pourquoi. Ensuite, le hasard a fait les choses : En 2004, lors des Wolrds Series by Nissan, on m’a attribué 18. L’année suivante, en Formule 1, on m’a donné une nouvelle fois le 18. A partir de ce jour, j’y ai vu un signe, et j’ai commencé à associer le numéro 18 à mon image.

A l’époque j’étais passionné de Moto et de Nascar, et dans ces disciplines, les pilotes étaient très souvent associés à leur numéro. Je me suis donc inspiré de cela pour lancer mon marchandising autour du 18, et depuis, au début de chaque saison, je demande ce numéro.

Pour la petite histoire, j’ai longtemps détenu le record du pilote débutant en F1 le plus consistant. J’ai participé à… 18 courses d’affilées, et ma transmission a cassé lors de 19ème course ! Je n’arrive pas à expliquer ce qui se passe autour de ce nombre, je ne suis généralement pas superstitieux pourtant.

View this post on Instagram

Some things can’t be explained #18 #818 #tm18 #workhardayhard18 #numerology

A post shared by Tiago Monteiro (@tiagosworld18) on

Ta première fois avec le 18 ?

Pour être franc, je ne me souviens pas de ma première course avec le numéro 18. Ce que je sais, c’est qu’en 2004, lors des Worlds Series by Nissan, il m’a porté chance. J’ai terminé à la deuxième place du championnat et cela m’a ouvert les portes de la Formule 1.

Et si tu devais choisir un autre numéro ? 

En 2016, j’ai participé au grand prix de Macao, dans le cadre du TCR International Series. Le numéro 18 était déjà pris par un pilote russe. Pourtant, ce jour-là, j’ai gagné la course. J’avais choisi le numéro 81. Dès que je ne peux pas prendre le 18, j’essaie de prendre un numéro assez proche, où il y a un 8 dedans. »

74 comme Pepe Oriola

« Pourquoi le 74 ?

C’est tout simplement mon premier numéro de course. C’était lors de la Seat Leon Supercopa, en 2009. J’avais 15 ans, et ce jour-là, on m’a attribué le 74. C’était quelques années après la mort du pilote japonais de moto GP, Daijiro Kato. Il portait le numéro 74 le jour de son accident mortel à Suzuka. Lorsque j’ai su que j’allais courir avec le 74, j’ai tout de suite pensé à lui. Je suis très fier de représenter un numéro comme celui-là.

Ta première fois avec le 74 ? 

Ce jour-là, j’ai fait un podium alors que le niveau de la course était très élevé. Depuis, ce numéro me porte chance. Je me suis même fait tatouer le numéro 74 sur le bras.

Et si tu devais choisir un autre numéro ?

Je prendrai le numéro 1, celui du champion du monde de voitures de tourismes. »

Pour lire les autres épisodes de la série, cliquez sur le liens suivant : Numb3rs : le 7, le 68 et le 69  ou Numb3rs : le 20, le 22 et le 63

Découvrir toute l'info de WTCR Oscaro

à lire également