Petite faute, grande leçon

Les membres du Team Oscaro sortent d’un rallye mitigé en en Pologne.

Pierre-Louis Loubet et son copilote Vincent Landais ont accompli un véritable festival de performances le premier jour, sur des pistes devenues patinoires avec la pluie. La suite, en demi-teinte, est une leçon à méditer. Mais le jeune équipage est prompt à la réflexion, pour mieux rectifier le tir.

« La Pologne, j’avais décidé de m’y engager hors-championnat. C’est un rallye très spécial, où l’expérience compte énormément. Autant en faire un terrain d’apprentissage, où l’on explore des limites qu’on ne trouve pas forcément ailleurs. J’y suis allé sans pression. Et sans avoir fait d’essais auparavant. Je préfère garder le budget pour d’autres épreuves.
J’avais roulé une fois déjà en Pologne : la saison dernière. Ça va vite ! Vite, vite, vite !! Très très vite !! Et cette année, avec les trombes d’eau qui dégringolaient sur le pays, c’était carrément la zizanie. Croyez-moi, dans ces conditions, les trois premiers sont des pilotes d’avions de chasse ! »

PREMIÈRE JOURNÉE MAGNIFIQUE

« Avec Vincent, nous avons réussi une très bonne première journée. Nous avions un bon réglage de base. Avec MSport, de toute façon, un réglage de base inspire toujours confiance ; on sait que c’est bon. Et quand il pleut, on n’a pas à se poser trop de questions : on assouplit au maximum.

Donc je suis parti vraiment bien ce jour-là. J’ai aligné les chronos. J’étais le premier des Ford MSport, juste derrière les deux Skoda officielles, très compétitives dans ces conditions défoncées. Avec Eric Camilli pour point de repère, et 30 secondes d’avance sur lui, j’étais content de mes performances. Eric avait les mêmes réglages que moi, il est dans la même équipe, on le sait ultra rapide, surtout en Pologne et en Finlande. Donc je prenais confiance. Et le lendemain… »

DEUXIEME JOUR, PATATRAS

« Le lendemain, j’ai choisi de conserver un réglage pluie. Or c’était un peu plus sec. J’ai joué, j’ai perdu. Dans la première spéciale, je n’étais plus aussi rapide que la veille. Autant dire que j’ai pris un peu une valise. J’ai voulu réagir dans la deuxième, j’ai attaqué. Sûrement trop. Je suis sorti un peu large dans un droite et j’ai tapé dans une racine. Ça m’a ouvert le train arrière. Et voilà. J’ai roulé toute la matinée comme ça. Entre le temps perdu et les pénalités, ça m’a coûté 10-12 minutes. Nous n’avions plus aucune chance de résultat, et plus aucune raisons de prendre des risques. »

RETENIR LA LEÇON

« Je sais que j’arrive de plus en plus près du top niveau en rallye. Donc tout devient plus difficile, et la marge d’erreur est de plus en plus ténue. Il faut compter avec tous ces paramètres.
J’analyse après coup, et je pense que ma prise de notes n’était peut-être pas parfaite. Ce ciel qui a délesté, je ne l’avais pas assez bien souligné. Un virage sur un ciel, c’est un virage en bosse, où la voiture saute. Je n’ai pas suffisamment insisté sur le saut, au moment des reconnaissances. Je n’ai pas vu que ça  sauterait autant en course. Je dois affiner mes notes. Bien sûr j’en parle avec Vincent, mais au final c’est moi qui décide. Le tout maintenant, c’est de tirer les bonnes leçons, ne pas se décourager, rester positif et construire les résultats à venir.
Je vous donne rendez-vous au Rallye de Finlande, du 27 au 30 juillet. »

L’AVIS DU COACH, NICOLAS BERNARDI

“Pierre-Louis est ultra-talentueux, c’est une évidence. Il a acquis une grande précision de pilotage. Il est capable de produire des journées exceptionnelles, où il se bat avec les meilleurs pilotes professionnels… Mais le lendemain, il lui arrive de gâcher un peu ses chances. Il le sait, et il travaille. La psychologie à bord de la voiture, la concentration, sont des points sur lesquels il a déjà beaucoup progressé, mais il peut encore s’améliorer. L’expérience va l’endurcir. Il en est au stade où il convient d’assembler une infinité de petits détails, dans sa préparation aussi bien qu’en course, pour atteindre la constance dans la performance. Il a tout ce qu’il faut pour y arriver. Le voilà maître de son destin. Et j’ai une entière confiance en lui.”

Découvrir toute l'info de Pierre-Louis

à lire également