Tiago Monteiro : « Comme si je n’avais jamais eu d’accident »

Après une année blanche, suite à un accident subi en septembre 2017, Tiago Monteiro prendra part au WTCR Oscaro 2019. Au volant de sa Honda Civic Type R TCR, il ne souhaite qu’une chose, retrouver les sommets.

C’était il y a trois mois, sur le mythique circuit de Suzuka, au Japon. Le 27 octobre 2018 plus exactement… 415 jours après un accident lors d’une séance d’essais, qui a failli lui couter la vie, le pilote Tiago Monteiro prend à nouveau le départ d’une course du championnat du monde de voitures de tourisme. « Il y avait de l’envie, de la motivation, mais aussi de l’’inconnu. Je ne savais pas comment ça allait se passer… Je ne savais pas comment j’allais réagir physiquement et psychologiquement » se souvient le père de famille de 42 ans. Aujourd’hui, le temps des doutes, des peurs et des appréhensions est révolu. A deux mois du coup d’envoi de l’exercice 2019 du WTCR Oscaro, Monteiro est au taquet, sa rééducation et ses traitements médicaux terminés, il met toutes les chances de son côté pour être prêt le jour J : « Je me sens bien. Cet hiver, j’ai mis les bouchées doubles pour être au top à tous les niveaux ». Plus fort encore, il va même jusqu’à dire que « c’est comme s’il ne s’était jamais rien passé en septembre 2017 », avant d’ajouter :

« Quand je me prépare, quand je m’entraîne, que je fais des meetings, c’est vraiment comme si je n’avais jamais eu d’accident. Pour moi, c’est oublié. »

Et heureusement d’ailleurs. Dans sa tête, les choses sont très claires : « Si lors de mon retour à Suzuka, il n’y avait eu ne serait-ce qu’une forme de peur, je n’aurais jamais repris » souligne l’ancien pilote de Formule 1.

Honda family

Maintenant ce cap franchi, il se dit « focus sur la saison à venir ». Un an et demi après avoir été stoppé, par le destin, dans sa quête du titre mondial, Monteiro est déterminé à retrouver son niveau d’antan. Pour cela, il n’y pas cinquante solutions : « il faut se préparer comme toutes les autres années » explique-t-il. Deux phases de travail sont donc nécessaires : une partie personnelle pour être au point physiquement et mentalement, puis une partie collective, pour « développer la voiture avec le team. »

D’ailleurs, le Portugais retrouvera une équipe qu’il connait parfaitement puisque, pour la huitième année consécutive, il sera au volant d’une Honda. Reconnaissant envers le constructeur japonais, le numéro 18 du WTCR Oscaro nous détaille sa prise de décision : « J’ai étudié le marché et analysé toutes les propositions. Il y a un lien très fort qui me lie avec Honda et je ne me voyais pas ne pas continuer avec eux. Cela me donne beaucoup de confiance. »

Si la structure dans laquelle évoluera Tiago Monteiro, ainsi que son coéquipier ne sont toujours pas connus, les deux autres pilotes Honda de la grille, eux, le sont. Il s’agit des argentins Esteban Guerrieri (troisième du championnat l’an dernier) et Nestor Girolami, qui évolueront sous les couleurs du Team Munnich Motorsport : All-Inkl.com Racing.

Aux avant-postes

Avec ce recrutement ambitieux, Honda compte bien jouer les troubles fêtes dans cette deuxième Coupe du monde de voitures de tourisme de l’histoire. Pour se donner les moyens de ses prétentions, la structure nippone a décidé de se servir de l’inter-saison pour développer sa voiture, la Honda Civic Type R TCR. Après avoir effectué des tests en Italie la semaine dernière, les pilotes Honda bénéficieront de sept nouvelles sessions d’essais à travers le monde avant le début de la compétition, chacun dans le but d’améliorer et de peaufiner les réglages de leur bolide. Pour Tiago et les siens, l’objectif est simple : « il faut être le plus proche possible des équipes Lynk&Co et Hyundai, favorites à la victoire finale. »

Dans un championnat qui se veut plus relevé que jamais, Monteiro est réaliste, avec pas moins de trente-et-un titres nationaux et internationaux répartis sur la grille de départ, il sait que la lutte sera terrible, mais il n’en reste pas moins optimiste. Pour lui, il n’y pas de doute il veut « lutter pour le titre », malgré son année blanche. « Mon but est de revenir au niveau que j’avais au moment de mon accident (ndlr, il était premier du classement WTCC 2017). Est-ce que je vais y parvenir ? Je ne sais pas. Mais une chose est sûre, j’ai la vitesse et l’expérience pour jouer les premiers rôles. » raconte le natif de Porto.

Rendez-vous donc le 5 avril prochain, sur le circuit Moulay El Hassan de Marrakech, pour la première manche du WTCR Oscaro. Un circuit très apprécié du pilote portugais puisqu’il y a remporté une des deux courses en 2017.

Découvrir toute l'info de TM18

à lire également