Tiago Monteiro, le retour du roi

Il aura fallu du temps… Beaucoup de temps, 415 jours pour être précis. Un temps long certes, mais précieux. Treize mois auront donc été nécessaires à Tiago Monteiro pour guérir de ses blessures et se reconstruire. Plus d’un an après l’accident qui a failli lui coûter la vie, l’ancien pilote de F1 sera de retour sur le WTCR Oscaro lors de la Race of Japan, le 27 octobre prochain.

Le temps guérit les maux

La philosophie a une grande place dans la culture japonaise. Elle classe l’équilibre humain, le corps et l’esprit, au premier rang de ses priorités. Parmi les différents proverbes existants au Japon, un, attire notre attention, il nous rapelle l’histoire de Tiago Monteiro : « Sachez attendre le bon moment, et le temps de naviguer viendra » dit-il. Et le temps vint. Guérit, confiant, les chakras alignés, le Portugais est de retour sur le WTCR Oscaro au volant de sa Honda. « Je ne sais pas quoi dire tellement il est bon d’être de retour. Il y a eu des moments où tout semblait très sombre, mais je n’ai jamais perdu espoir. Je savais que ce jour viendrait. Cela m’a donné la force de redevenir celui que j’étais » raconte le pilote Boutsen Ginion.

Aujourd’hui, il est heureux. Mais certains moments ont été très douloureux… Oui, le temps passe lentement lorsqu’on est privé des choses que l’on aime : « Cela me déchirait de l’intérieur… Ne pas pouvoir courir le week-end, et voir d’autres personnes le faire à ma place, était une sensation très difficile à accepter. A Suzuka, cela risque d’être très émouvant ». Un retour au Japon le 27 octobre qui n’aurait pas été possible sans l’aide de sa famille, de ses amis et de son coach, Emiliano Ventura, qui lui a concocté un programme d’entraînement intensif sur mesure. Durant les treize mois de convalescence du pilote, rien n’a été laissé au hasard. Alors que pour beaucoup cela semblait impossible, le numéro 18 est de retour.

« Comme les montagnes, les difficultés ne font surface que lorsque nous avançons »

 Septembre 2017, Tiago Monteiro s’entraîne sur le circuit de Barcelone. Il fait des tests avec l’équipe Honda. Sa session se termine dans dix minutes. Mais le destin en décide autrement. Lancé à 255 km/h, sa Honda Civic WTCC ne freine plus. La voiture s’écrase contre la balustrade. L’impact est violent. Tiago Monteiro est dans le coma.

Marqué physiquement et psychologiquement, le Portugais a eu besoin de temps pour s’en remettre. Outre la difficulté à revenir, Monteiro a dû faire face à un obstacle : L’impatience. Plus d’un an après, le défi est relevé.

« Même le voyage de mille kilomètres commence par un petit pas »

Le costume convient toujours et le casque aussi. Presque rien n’a changé, quoique… Si Tiago Monteiro est plus sage qu’avant,  le WTCC qu’il a quitté prématurément l’an passé est devenu le WTCR Oscaro, avec tous ces nouveaux visages.

Pour son retour, le Portugais a choisi un circuit qu’il connait très bien : Suzuka, piste mythique de sa “deuxième patrie”, le Japon. Un tracé qui lui rappelle des souvenirs : « Le fait que je sois de retour sur le circuit de Honda, ici même où j’ai démarré le WTCC en 2012, est un excellent moyen de me faire engranger de la confiance ». En ce qui concerne l’objectif, la décision est simple : « Je ne m’en fixe pas. Je veux juste m’amuser, être à l’aise, rouler à mon rythme et revenir à temps plein en 2019 ». Si le pilote Honda manquera la Race of Macau en novembre prochain, une chose est sûre : le roi est de retour.

 

Découvrir toute l'info de TM18

à lire également